Lot 3

Articuler les coopérations locales avec les politiques publiques

Objectifs

Identifier les types de coopération sociales existantes et analyser leur articulation avec les politiques publiques ainsi que l’influence d’autres facteurs, notamment sociaux, biophysiques et paysagers :

1- identifier les formes de l’entraide formelles et informelles existantes ;

2- comprendre comment les dispositifs actuels de politiques publiques peuvent mieux prendre en compte et soutenir ces formes de coopération.


Co-porteurs :




Démarche

Étape 1 : 

Co-construction de cartes de l’entraide existante, avec les agriculteur.ice.s partenaires et des observations et entretiens menés avec des membres des réseaux et collectifs agricoles ayant conduit des actions de coopération.

Plus de détail

Grâce aux travaux d’ethnologie menés depuis 20 ans par Anne Sourdril sur le territoire, nous étudierons l’évolution d’un système social dit « à maison » présent sur le territoire et qui a longtemps favorisé l’auto-suffisance au sein des fermes et l’autonomie en termes des forces de travail au sein des ménages et des voisinages agricoles1. Nous analyserons son influence sur les modalités de coopération entre agriculteurs et l’autonomie des fermes, ainsi que l’influence d’autres facteurs, notamment sociaux, biophysiques et paysagers afin de réaliser une typologie de facteurs propices et les freins à l’émergence de formes de coopération agricole favorisant l’autonomie. Les participants identifieront les réseaux d’échanges de connaissances, de travail ou de ressources matérielles existantes ainsi que les nœuds, les liens à valoriser et sur lesquels travailler pour assurer un dialogue constructif avec un maximum d’acteurs sur le territoire.

Étape 2 : 

Synthèse des formes de coopération existantes pour comprendre comment les dispositifs actuels de politiques publiques peuvent mieux les prendre en compte et les soutenir.

Plus de détail

Nous mènerons une revue et analyse de dispositifs de politiques publiques agroécologiques. Puis, nous synthétiserons l’analyse des formes de coopération existantes menée dans ce lot avec les résultats des Lots 1 et 2 afin d’identifier les leviers et freins à une meilleure intégration de la coopération sociale à une échelle territoriale dans ces dispositifs. Les résultats de cette synthèse seront ensuite mis en débat lors d’ateliers délibératifs avec les acteurs institutionnels en charge de la déclinaison régionale et de la mise en œuvre des dispositifs publics d’accompagnement collectif (DRAAF, structures d’animation des GIEE et 30 000, CDA 31), ou qui conçoivent des dispositifs d’accompagnement à la transition agroécologique comme l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, les collectivités locales et territoriales, ou le PNR Barousse Comminges Pyrénées (en cours de création).

Résultats et livrables attendus

Recensement, cartographie et mise en ligne des types de coopération formelle et informelle entre agriculteur.ice.s visant à une plus grande autonomie sur le territoire ;

Une meilleure compréhension de la persistance et/ou disparition des institutions et formes de coopération informelles et de leur articulation avec les dispositifs de politique publique valorisée sous forme de publication scientifique ;

Sensibilisation des pouvoirs publics et du milieu agricole locale au rôle du collectif dans la recherche d’autonomie et la transition agroécologique ;

Des propositions pour une meilleure prise en compte de la coopération territoriale à l’échelle du groupe de fermes et du territoire dans les dispositifs collectifs et territorialisés d’accompagnement à la transition agroécologique sous forme de policy briefs.

Suivre les avancées du lot 3 :

Bibliographie

[1] Sourdril A., Augustins G. (2012). Du voisinage à la parenté : le « système à maison » aux prises avec le changement social dans le canton d’Aurignac. Ethnologie française, Presses Universitaires de France, 42 (1) : 79–92. DOI : 10.3917/ethn.121.0079