Campagne 2023 – 2024

Couverts végétaux et interactions avec le pâturage

Le projet COTERRA s’intéresse à l’autonomie des agriculteurs du Nord Comminges sur différents volets de leur activité, et notamment au bon fonctionnement des agroécosystèmes. Un diagnostic a été mené au printemps 2023 chez les agriculteurs ayant manifesté leur intérêt pour le projet, afin d’identifier les problématiques liées à leur autonomie, à la fois au champ et au sein de leurs troupeaux.

Un intérêt partagé pour la thématique des couverts végétaux.

Qu’il s’agisse d’une réponse à une injonction (par exemple : adhésion à une MAEC, …) ou d’intérêts agronomiques (par exemple : couverture des sols pour lutter contre l’érosion intra-parcellaire, …), tous les agriculteurs rencontrés ont mentionné l’importance de progresser sur la dimension des couverts végétaux. Les points de départ sont très disparates : certains agriculteurs ont une expérience déjà avancée des couverts, tandis que d’autres ont une seule année d’essai au compteur.

Au sein de ce collectif ont ainsi été relevés à plusieurs reprises les défis suivants :

Plusieurs contraintes s’appliquent en particulier pour la bonne levée des couverts. Premièrement, les fenêtres climatiques de culture se décalent dans le temps, avec des récoltes de plus en plus précoces. Se pose alors la question de réussir les semis en période estivale (sèche et chaude, restrictions d’irrigation…), pour assurer dès cette période la continuité des services écologiques que représentent les couverts. Par ailleurs, lorsque les couverts végétaux sont intégrés dans une démarche plus large d’agriculture de conservation des sols, qui comprend une réduction du travail du sol (voire le non-travail), se pose le problème de la compétition des couverts avec les adventices.

Plusieurs agriculteurs ont relevé, notamment au moyen d’études de sol, un déficit en matière organique dans leurs parcelles. Des questionnements économiques et éthiques se mélangent, alors qu’ils s’alertent à la fois pour la pérennité de leurs rendements et pour « la vie des sol », garante de la pratique de l’agriculture sur leurs terres. Parmi les leviers mentionnés, les couverts végétaux prennent un rôle de capteurs d’azote sous forme organique, et ce en particulier lorsqu’ils sont intégralement restitués au sol.

Pour la plupart des éleveurs du collectif, l’autonomie alimentaire pour leur troupeau reste instable d’une année sur l’autre. Contraints dans leurs productions de grandes cultures par les surfaces dont ils disposent et par les exigences de qualité de leurs produits – comme un certain taux protéique dans le lait des vaches – les variables d’ajustement dont ils disposent pour améliorer leur autonomie restent majoritairement la productivité (des prairies comme des cultures) et la réorganisation des calendriers de cultures. Les couverts végétaux interviennent dans ces réflexions, puisque certaines espèces peuvent entrer dans la ration alimentaire, qu’elles soient pâturées sur pied ou ensilées.

Des interactions complexes.

Tous ces enjeux sont liés par des interrelations complexes, dont la littérature montre que les bénéfices agronomiques ne sont pas nécessairement synergiques. Les agriculteurs du collectif sont conscients de cette limite, et souhaitent réfléchir à l’échelle systémique et en fonction de leurs problématiques propres.

Que mettons-nous en place ?

Une vitrine de couverts végétaux.

La vitrine de couverts végétaux est pensée comme un outil de démonstration, support aux échanges et à la discussion. La grande diversité de modalités implantées permet en effet d’apprécier le comportement de différentes espèces et variétés couverts, dans le contexte spécifique des coteaux du Nord Comminges et de la saison 2023-2024. Le système de vitrine permet de se familiariser avec différents couverts, simples ou en mélanges, et de s’en inspirer pour passer à l’échelle de parcelles entières et rendre différents services.

Le choix des espèces et variétés à mélanger à été réalisé en commun, en fonction d’objectifs variés et dans un souci de pouvoir raisonner les insertions dans différents systèmes de culture.

Après le semis à la mi-septembre, il est ainsi prévu d’organiser deux visites, ouvertes au public agricole local : en novembre – décembre (hiver), à environ 2 mois de croissance, et à partir d’avril (printemps), pour la destruction des couverts. Les conclusions de ces visites seront synthétisées dans un bilan global de l’essai à la fin de la saison.

Une expérimentation de couverts végétaux pâturables.

L’expérimentation sur les couverts pâturés est pensée comme une expérimentation au champ, c’est-à-dire qui mêle les contraintes des scientifiques (répétabilité, mesures suivies…) et celles des agriculteurs (productivité, praticité…). L’objet de l’étude est de comparer les effets de ces couverts sur la fertilité du sol, au travers de différents indicateurs du fonctionnement physique, chimique et biologique,et de comparer le comportement agronomique de différents couverts, selon les espèces et variétés, ainsi que le pâturage de ces couverts. L’expérimentation se fait dans le contexte spécifique des coteaux du Nord Comminges et de la saison 2023-2024, et permet aux agriculteurs de se familiariser avec différents couverts et leurs intérêts pour le pâturage, et de s’en inspirer pour passer à l’échelle de parcelles entières et soutenir l’alimentation des troupeaux.

A partir du semis, il est prévu d’organiser des rencontres de bout de champ régulières, ouvertes au public agricole local. Les observations intermédiaires comme les conclusions de ces rencontres seront synthétisées dans un bilan global de l’essai à la fin de la saison.


Quelques ressources…

Journée technique « Couverts végétaux : à restituer ou à pâturer ? » – 2ème édition.

Mardi 19 mars 2024, 9h00 – 17h00.

Lien d’inscription (obligatoire) : https://sondages.inrae.fr/index.php/695482?lang=fr.

La coordination scientifique de cette journée est assurée par Lionel Alletto (UMR Agir, INRAE Occitanie-Toulouse), coordinateur des essais et du volet agronomique du projet COTERRA. Les échanges prendront place autour de la vitrine de couverts : nous analyserons le développement végétal et racinaire des différentes espèces et variétés présentées, observerons la structure du sol sur une parcelle avec peu de travail, et réfléchirons à la place des couverts végétaux dans la lutte contre l’érosion.

Journée technique « Couverts végétaux : à restituer ou à pâturer ? »

Mercredi 5 décembre 2023, 13h30 – 16h30.

La coordination scientifique de cette journée est assurée par Lionel Alletto (UMR Agir, INRAE Occitanie-Toulouse), coordinateur des essais et du volet agronomique du projet COTERRA. Les échanges prendront place autour de la vitrine de couverts : nous y prendrons des temps d’appropriation des espèces et variétés présentées, des services que les couverts peuvent rendre dans les systèmes de polyculture-élevage typiques du Nord-Comminges, ainsi que des temps de retours d’expérience professionnels dans la gestion de ces couverts.